Plus de 180 000 rapatriés forcés d’Haïtiens en Haïti

Published On décembre 6, 2016 |

Le processus d’expulsion des étrangers résidant illégalement en République dominicaine et non inscrit au Plan national de régularisation des étrangers (PNRE), qui s’est terminé en juillet 2015, s’est poursuivi pendant 17 mois sans interruption.

De juin 2015 au 20 novembre 2016, selon les informations fournies par la Direction générale des migrations en Dominique, ainsi que celles des organisations de défense des droits de l’homme contrôlant le processus à la frontière, plus de 183 000 personnes en situation de migration irrégulière en République dominicaine ( 99,5% des Haïtiens, des hommes, des femmes et des enfants) seraient renvoyés en Haïti déportés ou “volontairement”.

Il est à noter que cette estimation ne tient pas compte d’un nombre inconnu d’Haïtiens qui ont franchi la frontière à travers les frontières non officielles et qui n’ont pas pu être enregistrés à la frontière.

En plus des Haïtiens, des ressortissants de 22 nationalités (environ 0,5% du nombre total de déportés) ont également été rapatriés dans leur pays d’origine pendant cette période (Cubains, Indiens, Albanais, Équatoriens, Américains, Chinois, Nigérians, Brésiliens, Allemands , Colombien, finnois, français, italien, tchèque, vénézuélien, russe, jordanien, espagnol, ghanéen, taiwanais …)

En outre, près de 143 000 Haïtiens inscrits auprès du PNRE ne peuvent pas renouveler leur autorisation temporaire de résidence sur le territoire dominicain et risquent d’être expulsés dans les mois à venir faute d’un passeport obligatoire que le Gouvernement haïtien promet et ne livre jamais

Rappelons que Pierrot Délienne, le ministre haïtien des Affaires étrangères, a promis en août dernier que ces Haïtiens en situation irrégulière dans la République voisine recevront leur passeport d’ici la fin de l’année …

Mais alors que nos compatriotes vivent dans l’angoisse d’expulsion, en Haïti, depuis les déclarations d’août rien ne bouge, le processus d’identification est toujours à l’arrêt, la décision officielle de redémarrer le processus est toujours attendu et les 4 bureaux du Programme de Identification et documentation des immigrants haïtiens (PIDIH) du Gouvernement haïtien en République dominicaine, sont toujours fermés …

Like this Article? Share it!

About The Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *